Vendanges 2022 en Val de Loire : Une rentrée des classes dans la sérénité

Dans la Loire, septembre est, depuis une vingtaine d'années, synonyme de vendanges. 2022, très précoce, ne déroge pas à la règle même si la rentrée ne s’est pas faite le 1er septembre pour tout le monde. En effet, alors que certaines régions ligériennes entament le dernier sprint, d'autres démarrent tandis que certaines devront encore patienter pour peaufiner les raisins d'un millésime qui s'annonce, de qualité. Petit coup d’œil de Nantes à Sancerre en ce début septembre.


Nantes est passé à la vitesse supérieure

Avec un ban des vendanges calé au 23 août, 2022 est l’année la plus précoce qu’a connu le Muscadet (avec 2003). François Robin, de la Fédération des Vins de Nantes, nous explique que "les vignerons ont passé la vitesse supérieure cette semaine car les raisins se concentrent de plus en plus. Côté rendements on savait déjà, à cause du gel d’avril, qu’on serait en déficit et la moyenne devrait finalement tourner autour des 40 hl/ha."

L’état sanitaire est, lui, parfait ce qui fait que le moral est franchement bon dans les rangs de vignes et dans les caves avec des professionnels heureux de rentrer de si belles grappes. "La semaine prochaine, le plus gros des domaines devrait en avoir terminé avec la récolte et le travail se concentrera alors dans la cave. »


L’Anjou et la Touraine

Les chardonnay et pinot des crémants sont en pleine récolte en Anjou, ainsi que les sauvignons IGP. La récolte des chenins "à bulle" devraient battre son plein la semaine prochaine.

Pour Jean-Pierre Gouvazé d'InterLoire, les situations sont contrastées. "Concernant les cépages tardifs (cabernet franc, chenin et côt), il est urgent d’attendre car les quelques pluies annoncées pourraient être intéressantes pour affiner la maturation. Pour les chenins et les cabernets francs on peut parler d’une certaine hétérogénéité, la sécheresse à parfois bloqué la vigne. Les professionnels vont devoir bien sélectionner leurs parcelles. Si les précipitations attendues en fin de semaine arrivent, elles permettront d'homogénéiser tout çà."

En Touraine, certains vignerons ont démarré sur des parcelles précoces ou peu chargées. « On rentre dans la grosse période de vendange, quelques domaines ont démarré cette semaine mais le gros de la troupe va attaquer la semaine prochaine les sauvignons et les gamays. La qualité sanitaire est exceptionnelle. Les quelques points de mildiou ou d’oïdium sont vraiment anecdotiques. »

Pour Vouvray, on devrait être dans les vignes le 10 ou le 11 septembre en démarrant, comme à l'accoutumée, par les raisins destinés aux bulles.

Côté Chinon, Saumur-Champigny, Bourgueil et St-Nicolas on devrait être au coeur des vendanges à la mi-septembre avec un questionnement à observer. Il semblerait que les terroirs habituellement connus pour donner des vins structurés sont un peu à la peine alors que les terrains plus "légers" semblent amener des raisins plus concentrés.

En tout état de cause, au final : "grâce à l'état impeccable des raisins, les professionnels abordent cette vendange 2022 avec le sourire."

Pré-rentrée pour le Centre-Loire

Dans cette région où toutes les appellations ont encore un ban des vendanges, c’est Menetou-Salon qui, une fois n’est pas coutume, a lancé officiellement la récolte, le 25 août, devant les pinots gris de Reuilly et Sancerre (31 août).

La raison tient simplement au fait que Menetou-Salon a connu un peu plus de précipitations que les autres vignobles.

Les vendanges ont démarré lentement à Menetou-Salon, Sancerre et à Reuilly, Quincy se lance le 2 septembre. L’état sanitaire des raisins permettant aux vignerons de prendre leur temps, les vignes ne sont pas en ébullition.

Le vrai top départ devrait être donné le lundi 5 septembre même si l’on voit déjà, ça et là, quelques vendangeurs et quelques machines. Châteaumeillant surveillera également la météo et devrait donner ses premiers coups de sécateur dans la deuxième quinzaine de septembre.

2022 Un millésime ligérien sauvé de la sècheresse ?

On ne parle généralement jamais de la qualité d’un millésime avant que les raisins ne soient en cave mais ce que l’on peut dire, en date de ce 1er septembre, c’est que 2022 s’annonce sous de très bons auspices.

Malgré les périodes très longues sans pluie (les orages ont arrosé les vignobles de façon très hétérogène), les vignes ont très bien résisté. Enracinement et réserves plus fortes issu d’un millésime 2021 marqué par le gel sont certainement les deux explications principales à cette situation. Affaire à suivre donc dans un prochain post.

192 vues0 commentaire