Après Wine Paris...retour sur le millésime 2019 dans les vignobles septentrionaux.

Mis à jour : 24 août 2020


Vue générale de Wine Paris 2020
Wine Paris, salon en pleine expansion!

Première édition pour Wine Paris-Vinexpo Paris, deuxième édition pour Wine Paris et... 4ème édition pour Vinovision. Alors que les organisateurs des deux salons se félicitaient, à juste titre, de la réussite du millésime 2020, il convient de rendre hommage aux exposants qui ont cru, dès 2017, à un salon professionnel international du vin à Paris.

Ces précurseurs qui venaient du Val de Loire, de Champagne, d'Alsace et de Bourgogne ont dû avoir un sentiment légitime de fierté au vu de la réussite de ce rendez-vous 2020 et de ses 29 280 visiteurs qui ont arpenté les allées de ces deux beaux salons.


Au fil des dégustations et rencontres parisiennes, petit retour sur l'année viticole en Champagne, en Alsace et en Bourgogne.


Champagne rosé André Roger d'Aÿ
Champagne rosé André Roger

On démarre par la Champagne et Aÿ avec le domaine André Roger et Jean-Pol qui nous explique tout d'abord que la récolte 2019 est très satisfaisante. Quelques craintes au niveau du gel de printemps et surtout une forte pression de l'oïdium malgré le temps sec. Quelques épisodes de grêle ont occasionné peu de dégâts sur la zone (ce qui n'est pas forcément le cas dans d'autres villages champenois). La sécheresse estivale a encore fait s'envoler quelques volumes essentiellement lorsque les vignes étaient exposées soleil couchant. Au final une récolte en volume correct et surtout des degrés potentiels pas trop élevés pour une belle qualité.


Pour l'Alsace, Olivier RAFFIN du domaine Kuentz Bas se remémore un printemps pluvieux entraînant une grosse pression du mildiou et de l'oïdium. S'en est suivi un été chaud et sec menant parfois à des stress hydriques. La maturation des rieslings s'est parfois bloquée, certains seront d'ailleurs récoltés pour élaborer des crémants.

Les vendanges des secs ont démarré tout début septembre et se sont poursuivies tout le mois sous de très bonnes conditions. Les pluies d'octobre ont sérieusement malmenés les raisins qui ont parfois résisté mais de nombreux professionnels ont fait l'impasse sur les liquoreux 2019.

Olivier était très sceptique sur les qualités des 2019 jusqu'à la fin de l'année. Depuis février, les potentiels commencent à se montrer beaucoup plus sympathiques surtout pour les rieslings.


En Bourgogne nous démarrons par le Chablisien qui a eu quelques alertes de gel sans conséquence mais dont la pluie et la fraîcheur durant la floraison ont entraîné du millerandage. L'été fut chaud et sec avec toutefois quelques pluies en août qui ont permis de lancer la maturation. Au domaine Besson, les premiers coups de sécateur ont été donné le 10 septembre. Les raisins étaient de qualité, bien mûrs mais avec une fraîcheur et une tension retrouvées après 2017 et 2018 qui étaient plus tournés vers la richesse. Des fermentations sans souci et des "malo" bien enclenchées laissent augurer des 2019 plus classiques.


Les vins du domaine Bernard Dubois et Fils en Bourgogne
La gamme du domaine Bernard Dubois et Fils

Pour les Côtes (de Beaune et de Nuits), la quantité a été réduite à cause du gel, de la sécheresse et certainement par une "mise en pause" de la vigne après un millésime 2018 très généreux. Des chardonnays et des pinots au top de la qualité, avec des potentiels entre 13,5° et 13,8°, ont été vendangés dès le 12 septembre au Domaine Bernard Dubois et Fils. En terme de référence on parle de 1959 ce qui place le 2019 sous de bons auspices.


Sylvaine et Alain Normand, vignerons en Pouilly-Fuisse
Alain et Sylvaine Normand

Et pour finir le Mâconnais chez Sylvaine et Alain Normand l'année n'a pas bien démarré avec un gros gel le premier week-end d'avril qui a entraîné près de 50% de dégâts. Une floraison sous la pluie et la chaleur ont conduit à du millerandage. Ce départ un peu anxiogène a heureusement été contrebalancé par une année sans maladies.

Les vendanges ont débuté le 5 septembre sous le soleil mais sans chaleur excessive. Des raisins de qualité, des fermentations sans soucis pour un très joli potentiel que l'élevage va optimiser dans les mois qui viennent.


Un millésime 2019 qui s'annonce donc très beau dans les vignobles dits du "nord" où les effets du réchauffement climatique ont rendu primordiales les dates de récolte afin de conserver une fraîcheur emblématique.




77 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout