Vendanges 2021 à Sancerre : une (pas si) petite année en volume et de bonnes surprises.

Profitant de la Foire aux Vins d’automne de Sancerre, nous avons rencontré les vigneronnes et vignerons des différentes communes qui composent l’appellation. Nous étions bien sûr là pour goûter les 2020 et millésimes antérieurs mais les discussions ont vite tourné autour de 2021, de ses accidents climatiques, de ses difficultés et des premières bonnes impressions en cave. Petit tour automnal en Sancerrois.

Carte Appellation Sancerre
Le vignoble de Sancerre et ses villages - ©BIVC
Au nord de l’appellation

On démarre par Verdigny avec Le Domaine Pierre Prieur et Hyppolite Reverdy.

« En blanc, on va faire une demi-récolte ce qui est une très bonne surprise. Au-delà du gel, le contrôle du mildiou a été très compliqué ».

« Au vu de la très petite récolte en pinot noir, on a choisi de ne pas faire de rouges mais des rosés. Pour les blancs qui finissent de fermenter, on a des attaques sur les agrumes, c’est aromatique et çà se goûte déjà pas mal du tout. »


A Maimbray, Rémi Joulin (Michel Vattan) confirme que "les rendements sont petits à cause du gel. On a attendu pour démarrer le 27 septembre et vendangé pendant deux semaines. Les petites pluies de septembre ont finalement permis aux baies de se liquéfier et de se mettre en jus. L’état sanitaire s’est très bien tenu ce qui a permis de vendanger les parcelles les plus fragiles en premier. Moi qui débute, je n’ai jamais connu un équilibre comme cette année mais c’est très intéressant."


A Sury-en-Vaux, chez Paul Doucet : "ça a été compliqué toute l’année avec des secteurs qui ont pris très cher avec le gel et une petite grêle à la Pentecôte qui a un peu abimé les bois. Au niveau des maladies, on a réussi à les contenir sans trop de soucis. A la vendange, l’état sanitaire s’est tenu ce qui nous a permis d’attendre la pleine maturité. Les premières cuves qui ont fini leur fermentation se goûtent bien avec un bel équilibre Alcool-Acidité."


A Sainte-Gemme, les vignes autour du village ont payé un lourd tribut au gel, mais l’est de la commune, vers Cosne-sur-Loire, a été épargné. Pour Olivier Foucher "on s’en tire pas si mal au final, avec de bons rendements sur les parcelles qui n’ont pas été touchées. Ce qui fermente est très prometteur avec des alcools plus « classiques » et une belle fraîcheur qu’on a plaisir à retrouver après les dernières années plus chaudes."


A l’Ouest du vignoble

A Montigny et Veaugues, Mathieu Deshais a été agréablement surpris. "On avait des raisins qui commençaient à se dégrader mais, au final, la pourriture n’a pas tourné au gris et on a de très bons jus. La deuxième semaine nous a amené de belles évolutions aromatiques. On a également de très jolis pinot noirs."


A Crézancy, Laurent Champault (Roger Champault et Fils) : "on finit à – 40% pour les blancs et – 70% pour les pinots noirs qui sont malgré tout très jolis. On a démarré le 20 septembre par le Clos du Roy qui est toujours le plus précoce et ensuite les pentes argileuses avec des raisins qui ne pouvaient plus attendre. Au final on va avoir un millésime moins charnu avec plus d’acidité mais moins que ce que l’on craignait. Pour moi, on aura même un équilibre plus intéressant que 2018. Côté pinot noir, on va faire des rouges plus légers, très orientés sur le fruit."


A Menetou-Ratel, chez Claude et Clément Raimbault "avec des vendanges assez précoces, on finit sur une demi-récolte avec un retour au classique."


Degustation Caves de la Mignonne
Un retour apprécié aux Caves de la Mignonne

Au centre

A Bué, pour Steve Millet (Domaine Gérard Millet) "Le gel a fait du mal, entre autres à cause de la neige qui est tombé pendant la nuit. Mais au final c’est mieux que prévu. Au niveau équilibre c’est très bien. J’ai fait des rouges et pour l’instant j’en suis très satisfait."

Pour Maxime Lemain (Domaine Lemain-Pouillot) "ça faisait très longtemps qu’on n’avait pas eu de botrytis sur grappes mais au final, c’est très bien. Avec des jus moins sucrés et plus frais, je pense qu’on aura des potentiels de garde plus intéressants que 2018 ou 2020. Avec des arômes de poire, de pêches et d’agrumes on va s’éclater à déguster du « vrai « sauvignon."


A Amigny, chez Nicolas Millérioux "on a été très touchés par le gel et bizarrement, ce sont les parcelles qui ne gèlent jamais qui ont été les plus impactées. J’ai réussi malgré les petites quantités à faire un peu de rouge. Pour les blancs, on revient en Loire avec des fraîcheurs qu’on n’avait plus ces dernières années."


Côté Chavignol pour Gérard Boulay "ça a été compliqué de A à Z. Beaucoup de boulot pour pas beaucoup de résultat en quantité mais qualitativement c’est bien avec des vins blancs qui finissent à 12,5 et de bonnes acidités pour un équilibre plus classique."


A Saint-Satur, chez Patrick Noël, "on n’a pratiquement pas eu de gel sur la commune contrairement aux autres villages. après au niveau protection du vignoble, comme il n’y avait pas grand-chose à protéger c’était assez facile."


A Sancerre, chez Claire Bonnard "les vendanges se sont bien passées. Les jus étaient bien meilleurs que les raisins que l’on goûtait qui étaient assez amers. Les fermentations sont quasiment finies Je trouve une belle tension sur les silex, des notes citronnées. Un beau retour sur les classiques."


Les vignes de Ménétréol face à la Loire
Au sud et côté Loire

A Ménétréol, Chanel Gitton confirme que "les vignes de Ménétréol, où la végétation était moins en avance, ont été épargnés par le gel. A la cave on retrouve des degrés plus dans la norme pour des vins blancs qui seront plus classiques."


A Thauvenay et à Vinon, pas de gel non plus. Pour Anthony Girard (La Clé du Récit) "alors que Thauvenay est assez précoce, le gel n’a pas fait de dégâts dans les blancs mais a plus touché les pinots noirs. Les assemblages des blancs vont permettre de proposer de jolis vins, entre fraîcheur et fruité."


Au final, Sancerre va connaître une récolte au niveau attendu, voire un peu mieux pour les blancs.

En terme de style, côté sauvignon, un retour au classicisme à confirmer. Côté pinot noir, très touché par le gel, on aura plus de rosés que d’accoutumée mais également quelques rouges.

De mémoire de sancerrois les années en « 1 » n’ont jamais été de très grands millésimes (c’est un doux euphémisme). 2021 pourrait bien être la première exception qui confirme une règle plus que centenaire.

146 vues0 commentaire